Forum RegardTV

Un nouveau regard sur la télévision numérique en Suisse romande

Bienvenue sur RegardTV.net - Toute l'actualité sur la TV numérique en Suisse romande
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Du 100 mégabits par seconde chez Noos/numéricable

Partagez

dalmuti
Regard fidèle
Regard fidèle

Age : 51
Date d'inscription : 29/05/2006
Nombre de messages : 475
Localisation : Vevey
Opérateur TV : Cablecom
Points : 3913
Réputation : 0

Du 100 mégabits par seconde chez Noos/numéricable

Message par dalmuti le Ven Déc 01 2006, 23:58

Noos en crise cherche à reconquérir ses clients

VALÉRIE COLLET. Publié le 01 décembre 2006

Le groupe, qui supprime 800 emplois, parie sur la vidéo haute définition et le téléchargement rapide de films.



NOOS, racheté en juillet dernier par Ypso, également propriétaire de Numéricable, espère surprendre ses clients. Dès le 4 décembre prochain, 400 000 foyers, situés notamment à Nancy, Mulhouse, Lyon, Marseille, Nîmes, pourront souscrire à une nouvelle offre d'accès à Internet à très haut débit, à 100 mégabits par seconde, pour 29,90 euros. Une première quand les autres fournisseurs d'accès à Internet proposent des débits allant de 18 à 28 mégabits par seconde.

Dès l'année prochaine, les 4,5 millions de clients français de Noos et Numéricable pourront bénéficier de ce très haut débit. S'ils veulent recevoir les chaînes de télévision, un bouquet de chaînes payantes et s'ils veulent téléphoner, les clients de Noos dépenseront au total 59,90 euros par mois. Un montant auquel il faudra ajouter 149 euros, le prix du décodeur. Un prix compétitif selon les dirigeants de Numéricable. « L'ADSL a montré ses limites même lorsque le consommateur habite près d'un central téléphonique », souligne Éric Klipfel, directeur marketing de Numéricable-Noos, en faisant allusion aux contraintes de débit qu'impose la paire de cuivre du réseau téléphonique auquel l'Internet par ADSL est connecté.


Généralement discret sur la stratégie du groupe, Patrick Drahi, directeur général d'Altice, actionnaire d'Ypso aux côtés de Cinven, n'a qu'un credo : la nouvelle génération de clients consommera de plus en plus de vidéos en haute définition sur sa ou ses télévisions ou sur ses différents ordinateurs personnels installés dans la maison. Un abonné à Numéricable-Noos mettra moins de deux minutes pour télécharger un film alors qu'il lui faut 20 minutes avec un débit de 8 mégas et 10 minutes avec 20 mégas.


235 chaînes de télévision


Numéricable, la marque qui sera progressivement généralisée au sein du groupe, s'appuie sur son réseau de fibre optique et sur l'architecture IP (Internet protocol) de l'américain Cisco. « Il s'agit d'une solution Cisco de bout en bout », souligne Jean-Christophe Dessange, responsable Europe des services vidéo sur IP chez Cisco. L'année prochaine, Numéricable commercialisera également un décodeur haute définition pour permettre l'accès à 235 chaînes de télévision et mettre le cap sur la vidéo à la carte.


Outre cette offre, Numéricable-Noos lance également un « service universel numérique ». Destiné aux syndics et aux immeubles en services collectifs, il devrait « démocratiser le triple play » et, pour quatre euros par mois, permettre l'accès à Internet en bas débit, ainsi qu'à 48 chaînes de télévision, et fournir un numéro de téléphone. Numéricable-Noos doit maintenant convaincre ses anciens clients de lui faire de nouveau confiance.

Le Figaro


Noos Numéricable prépare une offre 100 Mbps


Noos Numéricable réinvente les forfaits limités, et se lance discrètement dans le très haut débit avec la mise en place d'une offre basée sur de la fibre optique proposant des débits de 100 Mbps dès la semaine prochaine. Elle sera dans un premier temps réservée aux consommateurs résidant dans les villes de Lyon, Marseille, Bordeaux, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nîmes, Issy-les-Moulineaux, Asnières et Joinville-le-Pont, pour peu qu'ils soient domiciliés dans la zone de couverture de l'opérateur. Ce dernier prévoit d'étendre rapidement son réseau à Paris et Strasbourg d'ici le début 2007.

Jusqu'ici, Noos Numericable est resté relativement discret sur le déploiement de son réseau en fibre optique, mais il assure disposer d'une infrastructure lui permettant de se lancer aujourd'hui dans le très haut débit. La méthode retenue est celle du FTTB, ou Fiber to the Building : les immeubles citadins sont reliés en fibre optique, les connexions internes au bâtiment étant réalisées à l'aide de coaxial.

400 000 foyers seraient immédiatement raccordables à cette offre à 100 Mbps, estime l'opérateur. Facturée 29,90 euros par mois, elle ne comprend que l'accès à Internet, contrairement aux offres « triple play » des opérateurs ADSL, et instaure une limitation importante : les échanges de données sont restreints à 50 Go par mois, chaque tranche de 10 Go en supplément étant facturée 10 euros ! Précisons pour finir que l'upload est limité à 1 Mbps, et qu'il est nécessaire d'acquérir un modem routeur compatible, facturé 149 euros. Un copieux dossier de presse a été mis en ligne (PDF de 19 pages), pour ceux que la stratégie de l'opérateur intéresserait.
Clubic


Autre information d'importance, Noos devrait lancer dès le mois prochain un décodeur haute-définition, pour 300 euros. Ce dernier permettra d'enregistrer jusqu'à 160 Go de données. Noos proposera peu de temps après un service de VoD, sans plus de précision.
PC impact


Noos-Numéricable lance son plan de reconquête
par Benjamin Ferran

Miné par ses erreurs historiques, le câble français désormais unifié repart à l'offensive. Au menu : un débit de 100 Mbit/s, une communication clarifiée et des promesses de fiabilité. Mais toutes les leçons du passé n'ont pas encore été tirées.



Du 100 megabits, tout de suite. Largués par les opérateurs ADSL, Noos et Numéricable cherchent à prendre position le plus tôt possible dans le très haut débit. Dès le 4 décembre, 400.000 foyers dans dix villes, dont Lyon, Marseille et Bordeaux, pourront se connecter à l'Internet très grande vitesse. Pour proposer cette nouvelle offre, les câblo-opérateurs français tirent depuis près de deux ans jusqu'au bas des immeubles des fibres optiques, qui ne couvraient jusqu'à présent que des poches de plusieurs milliers d'abonnés, provoquant de véritables goulets d'étranglement. C'est le procédé du FTTB, ou « Fiber To The Building ». En bout de parcours, les câbles coaxiaux déjà en place dans les cages d'escaliers sont conservés pour pénétrer jusqu'aux appartements. Un atout de taille sur les opérateurs ADSL qui doivent négocier l'entrée dans les immeubles avant d'y implanter leurs câbles. Résultat, le déploiement est moins cher et plus rapide. Début 2007, les premières lignes seront ouvertes à Paris et à Strasbourg, puis dans toutes les villes de plus de 100.000 habitants. « C'est un développement national qui ne concerne pas que quelques quartiers de Paris », assène Philippe Besnier, PDG de Numéricable, en référence au plan de Free qui débutera en 2007 par les quartiers les plus peuplés de la capitale.

Reste à convertir cet avantage technique en recrutement d'abonnés. Un chantier considérable, tant l'image du câble apparaît dégradée par des péripéties techniques et commerciales. « Le plan câble s'est fait de telle façon que cela ne pouvait pas marcher », reconnaît Patrick Drahi, fondateur d'Altice, un opérateur luxembourgeois qui, avec le fonds d'investissement britannique Cinven, a englouti la quasi totalité du câble français depuis trois ans. Réunis dans une même entité baptisée Ypso, Noos, Numéricable et d'autres opérateurs régionaux doivent être mis en ordre de marche. Ce qui se traduit d'abord par un plan social radical qui conduit Noos à supprimer plus de la moitié de ses effectifs. Côté client, le FTTB apportera une fiabilité accrue en éliminant les amplificateurs qui tombaient souvent en panne. Dans le marketing, si les différentes marques ont été conservées, la communication a été unifiée autour d'offres plus simples. « C'est un héritage de 20 ans d'errances dans le marketing, où il existait 20.000 combinaisons d'offres et autant de cas particuliers que de clients », poursuit Patrick Drahi. Chez Noos, « nous avions des tarifs défiant toute concurrence, mais dans le sens inverse ».

Désormais, le câble français se veut donc compétitif. L'offre à 100 megabits est commercialisée 29,90 euros par mois, dix euros de plus que le 30 megabits. La facture grimpe à 59,90 euros avec du téléphone et 166 chaînes de télévision. Au final, cela reste deux fois plus cher que Free, qui ne touchera pas son forfait de 29,99 euros lors du passage à la fibre optique. Une différence que Noos justifie par la qualité de son service, disponible dès la semaine prochaine. Cet avantage technique sert également à évacuer d'autres restrictions. Le modem est vendu 149 euros, alors que les opérateurs ADSL ont pris l'habitude subventionner leur « box ». Le téléchargement mensuel est plafonné à 50 Go, une pratique qui avait pourtant nui à Noos. La vitesse de connexion montante est limitée à seulement 1 megabit par seconde par le modem. « Il n'y a pas encore d'application qui exige plus », avance Patrick Drahi, qui promet de faire évoluer les offres pour suivre les usages. Sauf peut-être le « peer-to-peer », très gourmand en bande passante, qui peut pousser davantage que la connexion de trois téléviseurs en HD dont les contenus ne sont pas encore disponibles, à souscrire aujourd'hui un abonnement à 100 megabits.
http://www.lexpress.fr/info/economie/infojour/infos.asp?id=151518


Noos-Numéricâble inaugure l'accès internet grand public à 100 mégas

Par Françoise Payen
ZDNet France
30 novembre 2006

Technologie - Le câblo-opérateur va proposer un accès à 100 mégabits par seconde en réception dans une dizaine de villes. Mais tous les immeubles ne seront pas éligibles. L’offre de base facturée 49,90 euros est limitée à 50 Go de transfert de données par mois.


Noos-Numéricâble commercialisera le 4 décembre la première offre grand public atteignant le débit de 100 mégabits par seconde (Mbps). Elle sera disponible d'abord dans certains immeubles d'une dizaine de villes (1) et réservée à ses clients actuels. Puis en janvier 2007, l'offre sera ouverte aux nouveaux clients.

Cet accès très haut débit sera facturé 29,90 euros et requerra l'installation d'un modem vendu à 149 euros TTC. Il faudra ajouter 10 euros pour recevoir le premier niveau d'offre de télévision et encore 10 euros pour le téléphone illimité: soit un minimum de 49,90 euros pour une offre triple play à 100 Mbps. (2)

50 Go d'échange de données

Notons que les 100 Mbps sont atteints en téléchargement, mais que l'émission de données n'est que de 1 Mbps, soit autant que ce dont disposent les clients actuels. Pourquoi pas de débit symétrique?

L'offre de Noos-Numéricâble est basée sur de la fibre optique que le câblo-opérateur a déployé sur une partie de son réseau; de la fibre optique pour l'instant connectée à l'immeuble et non à chaque logement. Il ne s'agit donc pas de FTTH ("Fiber To The Home" ou fibre optique jusqu'à l'abonné), mais de FTTB ("Fiber To The Building" ou fibre optique jusqu'à l'immeuble)

«Ces débits sont suffisants pour la majorité des usages», explique à ZDNet.fr Eric Klipfel, directeur marketing de Noos-Numéricâble. «Si le marché le demande nous passerons en débit symétrique nécessaire aux applications vidéo et data particulièrement gourmandes en bande passante.»

Par ailleurs, l'utilisateur est limité à 50 Go par mois d'échange de données (émission + réception). Chaque tranche supplémentaire de 10 Go sera facturée 10 euros. Il ne s'agit donc pas d'un accès réellement illimitée comme le reste celui à 30 Mbps. «En mettant le curseur à 50 Go, nous estimons que plus de 95% des clients restront en dessous de ce forfait de volume échangé.»

Une approche FTTB

«Le débit n'est aujourd'hui limité que par les équipements techniques, pas par le réseau», souligne Patrick Drahi, président d'Altice, actionnaire de Numéricâble aux côtés de Cinven.

«Cette offre est unique au niveau mondial» affirme pour sa part Thierry Drilhon, P-DG de Cisco France, partenaire technique du projet avec son architecture IP.

Leader sur le marché français du câble, Numéricâble a déjà réalisé une bonne partie des investissements - dont il ne souhaite pas communiquer le montant - le conduisant à déployer de la fibre optique jusqu'au pied des immeubles. Les câbles coaxiaux existant dans les colonnes montantes des immeubles prendront ensuite le relais de la fibre pour amener le signal jusque dans les appartements. Pas de limite ici, puisque, indique l'opérateur, «leur capacité est de l'ordre du giga».

Le cablô-opérateur ne restera pas longtemps le seul à proposer du 100 Mbps. Orange teste actuellement le 100 Mbps symétrique en Ile-de-France grâce également à la fibre optique; il étendra cette expérimentation en province dès 2007.

Dégroupage du réseau câblé

Erenis, opérateur parisien spécialisé dans la fibre optique, proposera aussi un accès à 100 Mbps (50 Mbps en émission) en janvier prochain. Et Free lancera des offres avec un débit maximal symétrique de 50 Mbps au premier semestre 2007.


Parallèlement Numéricâble annonce la mise en place d'un service universel numérique à 4 euros par mois, qui comprend 48 chaînes TV, un accès internet bas débit et un numéro de téléphone.

Enfin, sur un sujet où il avait longtemps laissé planer le doute, l'opérateur est désormais clair. « Nous avons décidé d'ouvrir notre réseau et sommes prêts à discuter avec d'autres opérateurs», a indiqué Philippe Besnier. Numéricâble est, de fait, propriétaire du seul réseau alternatif à la boucle locale de France Télécom. De quoi susciter l'intérêt de nombreux opérateurs.

(1) les villes concernées par le lancement le 4 décembre sont: Bordeaux, Lyon, Marseille, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nîmes, Issy-Les-Moulineaux, Asnières, Joinville-Le-Pont. Début 2007, Paris intra-muros et Strasbourg seront connectés. Dans tous les cas il faudra vérifier au préalable via un site du câblo-opérateur que son immeuble est éligible aux 100 mégas.

(2) Numéricâble proposera aux clients de son offre à 30 Mbps de passer à 100 Mbps pour 10 euros de plus.

Avec Christophe Guillemin, ZDNet.fr

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39365244,00.htm


_________________
Le Grand Dalmuti
http://www.fumercafaitdumal.ch/m/mandanten/179/topic4126.html
La fumée passive tue.
Bip bip biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam Déc 03 2016, 10:34